Carte postale 8 : La salle des fêtes

salle des fêtes

La salle des fêtes, en 1904 (date d’expédition de la carte postale). Plus tard elle devint un dortoir, avant de redevenir une salle de spectacles. En 1985, des chambres y furent aménagées pour les élèves internes (garçons d’abord – la mixité ne débutant qu’en 1988 ; l’internat pour les filles s’ouvrit en septembre 2000). La salle des fêtes est occupée aujourd’hui par l’internat des filles.

Que de pièces de théâtre ont été jouées en ce lieu ! Que de remises solennelles des prix, accompagnées d’intermèdes musicaux, s’y sont déroulées ! Scène et coulisses occupent la travée du fond, au sud. La scène est décorée de fausses tentures. On entre dans les coulisses par deux portes latérales, à gauche et à droite. Deux grandes caryatides s’élèvent de chaque côté, à l’avant de la scène. Une tête existe encore, elle veille aujourd’hui sur l’atelier de menuiserie, placée dans un oculus au-dessus d’une porte intérieure. Un piano se trouve à côté du petit escalier qui donne accès à la scène.

En 1904, cette très grande salle – l’ancienne bibliothèque, à l’époque des religieux – était chauffée par le seul poêle-colonne, que l’on voit à l’avant-plan, à gauche. Le chauffage central à vapeur était pourtant installé depuis 1902, nous le savons par le compte rendu de l’Assemblée Générale de l’Association des Anciens du 12 novembre 1902 : « Le chauffage à vapeur à basse pression est installé dans les quartiers des études, des classes, des parloirs et des infirmeries ; il fonctionne depuis quelques jours déjà. » Mais il n’était pas généralisé à tous les endroits du Séminaire : il n’arrivait pas encore à la salle des fêtes. La chaudière se trouvait sous la salle d’étude. Les radiateurs étaient en fonte.

La carte est signée « Oscar Kaisin ». Elle est adressée à

« Mademoiselle Marie Collignon,

charmante personne !

Boulevard extér. de Tirlemont 2

Louvain »

Une rue de Floreffe porte le nom d’Oscar Kaisin. Est-ce l’expéditeur de la carte postale ? Trois Oscar se sont succédé dans la famille Kaisin : le premier (père de plusieurs enfants, dont Paul Kaisin, qui sera supérieur de 1930 à 1948) était pharmacien à Floreffe en 1911. Nous connaissons la date de son mariage (1850) et celle de sa mort (1915). Nous savons qu’il fut bourgmestre de Floreffe. Vu l’année d’envoi de la carte postale (1904), l’expéditeur est plutôt le deuxième Oscar, fils du premier, médecin et fondateur de la clinique Sainte-Élisabeth à Uccle. À moins qu’il ne s’agisse du troisième ?…

Albert Kaisin, médecin lui aussi, cousin des précédents, fonda la clinique orthopédique de Floreffe, transformée ensuite en maison de repos, aujourd’hui résidence service « Les Hêtres de Florès ». Il fut aussi médecin pour le Séminaire, il l’était encore à la fin des années 1940. Une anecdote à son sujet. Le Dr Kaisin rend visite à un petit élève, à l’infirmerie. L’abbé Dejardin l’accompagne. Question du Dr Kaisin, déjà âgé, au petit malade : « Ressentez-vous une accentuation de la douleur lorsque j’exerce une pression sur la paroi de l’abdomen ? » L’abbé Dejardin traduit pour l’élève, interloqué : « Est-ce que ça fait plus mal quand le docteur pousse sur ton ventre ? »… L’anecdote est rapportée par l’abbé Lombet, qui la tient de l’abbé Dejardin.

Une réflexion au sujet de « Carte postale 8 : La salle des fêtes »

  1. 1985 ! J’aurais cru plus tôt ! Sans me permettre, le moins du monde, de remettre en doute la pertinence de cette information étant donné la grande compétence des personnes d’où elle provient, cela m’étonne un peu car je suis sorti de rhéto en 1983 et je n’ai pas de souvenir d’occupations de cette salle pendant mes dernières années à Floreffe. Il faut dire que dans ces années-là, les pièces de théâtre se faisaient plus rares et les remises solennelles de prix avaient complètement disparu de la circulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *