Archives pour la catégorie Documents audio

Document Audio 2 : CD musical « Chantez à Dieu chanson nouvelle » (1965)

En 1965, le Petit Séminaire de Floreffe compte 330 élèves. Tous garçons, tous internes. La vie scolaire est rythmée par les offices religieux, d’abord par la messe quotidienne. C’est l’époque du renouveau liturgique qui a suivi le concile de Vatican II. L’abbé Paul Léonard est maître de chapelle, l’abbé Duchêne fait chanter les élèves, Monsieur Jean Van de Cauter joue de l’orgue. Dans l’église abbatiale, évidemment.

Un disque vinyl a été réalisé par les Éditions Duculot en 1965, « Chantez à Dieu chanson nouvelle ». La Schola et la Communauté du Séminaire de Floreffe présentent les chants de l’Ordinaire de la Messe et quelques pièces propres à divers temps liturgiques. Dans la pochette, on trouve les textes de ces chants qui font partie du répertoire habituel des élèves.

À partir de ce disque vinyl nous avons gravé un CD de 27 minutes vingt secondes que nous vous proposons ici. Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous, image figurant entre autre sur la pochette du disque vinyl :

Vous trouverez ci-dessous les paroles (cliquer sur le lien) : document audio 2 textes.

Document Audio 1 : CD musical « Arthur Léonard et les pipes crues » (1992)

Enregistrement de 8 minutes, réalisé pour la fête en l’honneur du supérieur (25 ans de direction, 1992). Cliquez sur les notes de musique pour accéder au fichier audio. Ci-dessous, vous trouverez les paroles de la chanson.

Voyez également la vidéo réalisée par Bernard Smet (séquence cinéma 14), l’autre « dernière nouveauté ».

Voici les paroles de la chanson.

Arthur et les pipes crues

 Herr Kapellmeister à la cour des Sœurs
Un merle ravala son sifflet moqueur

REFRAIN     Au Séminaire de Floreffe
Pays de cocagne, terre de vacances (bis)    … et bis aussi pour le chœur

Quand nous débarqua un ecclésiastiqu’
Fumant des Timo au goût des plastiqu’s

Qui donc aurait pu deviner à l’ombre
Des Tombes l’implacable ascension en trombe

Ça donn’ le tournis : surveillant, préfet,
Big boss et bientôt notr’ évêque mitré

Jamais ce Louis on ne l’ouït chanter
Oui mais c’était un vrai louis… doré

La nuit quand tout l’monde roupillait, peinard,
Déjà lui plaisait de veiller fort tard

Chaqu’fois les curés s’rassemblaient autour
D’un gros flacon rouge de la Côte d’Amour

Ancien supporter d’l’Olympic ‘ lui faut
Tout seul supporter la buvette de Faux

Allez savoir c’que not’ chanoin’ rumine
Toujours manoeuvrant sous sa blanche hermine

L’astuc’ pour nous c’est lors des réunions
De bien se rallier à son opinion

Vingt-cinq ans d’galèr’ comme supérieur
Ce qu’il a souffert de tout’s nos lourdeurs

On peut l’supporter vingt-cinq ans de plus
Plutôt qu’le voir dans son jardin reclus